Textes: Fabien Feissli Photos: Bernard Python

Assistant de gendarmerie à Neuchâtel, Christophe Progin est opérateur radar depuis sept ans. Chaque jour, il effectue deux ou trois contrôles mobiles à bord d’une camionnette banalisée.

S’il n’hésite pas à expliquer et à défendre son métier, le quadragénaire a appris à ne pas le mettre trop en avant en public pour éviter les remarques désobligeantes.

Celui qui a survécu à un grave accident il y a 27 ans assure que le radar est loin d’être la machine à fric souvent décrite. Au contraire, il le voit comme un outil incitant les conducteurs à rester attentifs.



Vous devez être abonné(e) à notre journal afin de lire la suite de l'article!
Pour les abonnements, c'est par ici!

Si vous possédez déjà un abonnement, veuillez rentrer vos identifiants ici!